Travel article: Annapurna Circuit Trek

Travel blogger: Christelle & Cedric

Trip story: (Almost) 3 months to discover India, Nepal, Sri Lanka!

Image for blog article: Annapurna Circuit Trek

Manang, Nepal

Nepal 9 days - November 2018

Camping


€0/person/day


€0/person


€0/person/day


€83/person/day


 

 

 

 

 

Nous avons décidé de partir pour une grande aventure: un trek de 9 jours dans l'Himalaya!

Non, nous ne grimpons pas l’Everest, comme le pensaient beaucoup de personnes, nous nous “contentons” de parcourir une partie du circuit de l’Annapurna: +4 350 m d’altitude, 115 km.

Malheureusement, à cause de la morsure du chien et de l'injection antirabique dont j'avais besoin, nous avons dû raccourcir le trek. Au lieu de monter au col de Thorung à 5 400 m d'altitude, nous avons choisi un autre itinéraire pour nous rendre au lac Tilicho à 5 000 m. Annapurna Circuit nous voilà!

 

Jour 1: Katmandou Besi Sahar en bus. Besi Sahar-Dharapani en Jeep.

Réveil matinal à 5h du matin pour commencer notre aventure!

Cédric a passé les quatre derniers jours à me dire toutes les 30 minutes: «Nous allons bientôt partir en trek!» Eh bien, c’est ce matin, allez hop sors du lit!

Munis de notre veste polaire, de nos 2 vestes d’hiver, de notre pantalon de randonnée, de nos super chaussures et de nos bâtons, nous sommes prêts à atteindre 5 000 mètres! Je n'aurais jamais pensé que je serais du genre à porter du Quechua  pendant 10 jours… (Cedric parle déjà de continuer de porter ses affaires Quechua dans la vraie vie, on en reparlera!)

Nous avons rencontré notre guide (Pasang) et Porter (Mingmai- surnommé M. Smile) à la gare routière et avons entamé un long trajet en bus le long des rizières. Les routes sont toujours bonnes et je me suis endormi un peu jusqu'à ce que Cédric me réveille dès qu'il a vu les premières montagnes avec de la neige éternelle! Bienvenue dans l'Himalaya!

Après 6 heures de bonnes routes, nous avons pris une jeep pour atteindre Dharapani à 1 800 mètres d'altitude.

Les routes étaient affreuses ...! Des roches, un ravin, des rochers qui s'effondraient sur la piste, une panne de voiture en montant bloquant toute la circulation, il nous a fallu 6 heures pour parcourir 50 kilomètres ...

Nous avons découvert une jolie petite cabane avec toilettes et douche froide (pas de douche ce soir, trop froid!). Après un bon curry, on se glisse dans nos sacs de couchage et on passe une bonne nuit de sommeil.


Jour 2: Dharapani-Chame. +850 mètres de dénivelé, 17 kilomètres. 6.30 heures de marche (avec beaucoup de pauses pour les photos!)

 

Un bon porridge à 7h du mat’ et c'est parti!

Nous avons commencé à marcher sur une piste entourée par la forêt. Pendant les 6 heures qui ont suivi, nous avons vu des forêts, des hauts sommets, des neiges éternelles, une rivière bleue, peu de randonneurs, de petits villages et des cabanes colorées. Nous ne pouvons pas arrêter de regarder les grands sommets! Nous avons été assez surpris de voir la végétation au-dessus de 4 000 mètres. Les environs sont vraiment verts car nous sommes juste au-dessus de 2 000 mètres.

La piste était bonne et ce n’était pas si difficile.

Nous nous sommes arrêtés pour manger des Mo: Mo sur un rooftop (des beignets népalais remplis de tout ce qui existe. Légumes pour nous on est végétariens pendant 3 mois!)

Une chèvre nous a suivis pendant environ 1 km et Cédric et Pasang ont lancé un concours de cris de chèvre;)

La pluie est arrivée et nous avons terminé la journée dans les nuages ​​/ pluie.

15h30, nous nous sommes arrêtés à Chame pour la nuit et avons négocié une chambre avec des «toilettes de style occidental» avec notre guide et nous nous sommes retrouvés dans une petite cabane en bois. Très confortable mais pas de chauffage et 3 degrés dehors: il fait froid !!!

Une bonne soirée passée avec quelques randonneurs à jouer aux cartes et il est déjà temps de se coucher à 20h;)

 

 

Jour 3: Chame à Upper Pisang - +590 mètres de dénivelé positif, 16,5 kilomètres. 6 heures de marche avec pauses.

Nous nous sommes réveillés à 6h du matin avec une vue fantastique sur l'Annapurna 2! Incroyable !

Un pancake englouti et nous sommes prêts pour la journée!

Nous avons passé les 4 premières heures à contempler le Manaslu (altitude: 8 156 m) et l’Annapurna 2 (7 937 m) enneigés. Super.

Cédric demanda le nom d'une grande montagne et le guide répondit «celle-ci n'est qu'une petite colline de 5 000 m de haut». Sachant que nous allons atteindre 5 000 m et que cette «colline» est plus une montagne pour nous (en particulier selon les standards montagneux australiens), nous commençons à nous inquiéter pour les prochains jours!

Nous avons adoré les couleurs automnales des feuilles contrastant avec la neige blanche éternelle, le bleu de la rivière et les nombreux drapeaux bouddhistes sur tous les ponts suspendus que nous traversons.

Nous avons rencontré nos premiers aigles et yaks! Les paysages commencent à devenir plus désertiques, plus montagneux.

Cédric a tenté de porter notre sac «à la népalaise» c’est à dire avec la ficelle sur le front, mais n’est pas convaincu par cette méthode...Ca a bien fait rire notre porteur Mr Smile en tout cas!

Nous sommes arrivés à Upper Pisang en pleine forme. Première douche en 3 jours: une douche rapide super chaude, mais dans une cabane au fond du jardin et sans chauffage (2 degrés à l'extérieur ...), ca fait du bien.

Nous avons rencontré un couple de Français qui avait 4 ampoules sur chaque pied et commençait à sentir le mal de l’altitude… les pauvres. Aucun signe de mal d'altitude pour nous!

 

Des jeux de cartes rapides, une conversation avec une jeune fille népalaise,  lecture, une soupe à l'ail et nous nous couchons dans nos petites cabanes. 0 degrés ce soir sans chauffage, ça caille!




  


Jour 4: Upper Pisang-Manang (via Ghyaru et Ngawal) - +640 mètres de dénivelé positif, 19,5 kilomètres - 8 heures de marche.

 

Nous nous sommes réveillés à 6h du matin après une nuit de 10 heures serrés dans nos sacs de couchage: 3 degrés à l'extérieur.

Nos nouveaux amis français souffrent toujours du mal de l'altitude et nous sommes un peu inquiets pour eux car le long trajet à parcourir pour se rendre à Manang prend au moins 8 heures de marche.

Pour nous toujours aucun signe de mal d'altitude!

Les 30 premières minutes sont difficiles car à l'ombre et ca caille, quel soulagement d'arriver au soleil!

Dernier pont suspendu et nous sommes prêts pour pour 400 mètres de dénivelé sur un chemin escarpé.

Nous disons au revoir au sommet du Manaslu et, plus loin, nous nous rapprochons du sommet de l'Annapurna 2 (à 7 937 m d'altitude!).

Environ 90 minutes plus tard, nous arrivons à Ghyaru.

En montant, nous utilisons la technique de l’oignon: nous faisons tomber des couches et essayons toutes les options de notre nouvel équipement!

 

Arrivés au sommet: wahoo! C'est incroyable! Nous découvrons un nouveau sommet: le Gangapurna (altitude 7 455 mètres). Aussi gros que les autres.

Le soleil est haut, nous sourions, nous avons même chanté, nous sommes toujours pleins d’énergie.

Les paysages ont changé et sont plus désertiques et arides. Nous avons rencontré des yaks en descendant et ils nous ont chargé, c’est énorme, impressionnant.

Nous avons également visité de nombreux temples bouddhistes dotés de moulins à prières que nous avons chaque fois tournés en faisant un vœu.

C’est fou de voir ces temples au milieu de nulle part. Certains moines y vivent toute l'année, un style de vie différent de nous ...

Nous avons également commencé à voir des personnes vivant dans les montagnes 100% de l'année et leurs visages sont marqués par le froid. Ils portent tous des objets volumineux sur le dos, portés grâce à leur front/tête (style népalais).

Dans l'un des paniers, nous avons vu des cornes et une tête de yak en sang ...

Arrêt rapide pour des pâtes et le vent se lève. Il fait froid, nous nous dépêchons et presque 3 heures plus tard nous arrivons à Manang.

Ce fut une grosse journée de 8 heures mais la plus belle à ce jour! On a vu tout ce que nous recherchions dans le trek aujourd'hui, nous sommes heureux.

Manang est le plus grand village de la vallée. Ils ont même un médecin, un petit cinéma et un coiffeur!

Chaque pas et quelques mètres d'altitude gagnés et nous entendons les histoires des personnes évacuées pour cause de mal de l’altitude, d'empoisonnement alimentaire, d'étouffement, d'œdème, de manque d'oxygène, etc. Nous avons également vu de nombreux hélicoptères évacuer des personnes....

Nous sommes content d'avoir pris un guide! Et croisons les doigts car aucun symptôme pour nous pour l’instant!

Nous sommes à 3 500 mètres, soit nous nous sommes habitués au froid, soit il fait moins froid que la veille.

Une soupe à l'ail (utile pour prévenir le mal d'altitude), une soupe Thukpa, du riz et nous nous couchons à 19h30!

Nous recherchons nos compatriotes randonneurs français mais nous devons nous coucher sans avoir de leurs nouvelles. J'espère qu'ils se sont arrêtés quelque part en chemin ...



 

 

 

Jour 5: Manang à Chogkok Point de vue et route vers Kangsar. +640 mètres de dénivelé positif, 19,5 kilomètres - 6 heures de marche.

 

Je connais quelqu'un qui a très bien dormi: Cédric qui a ronflé et a réveillé tous les résidents du lodge ;)

Aujourd'hui est une journée d’acclimatation (au-dessus de 3 500 mètres, il est recommandé de prendre une journée off et de voir comment notre corps réagit à l'altitude). En outre, à partir de là, vous n'êtes pas censé gagner plus de 500 mètres de dénivelé par jour.

Pour beaucoup  journée d’acclimatation = jour de repos mais pas pour nous! 6 heures de marche aujourd'hui.

Nous avons commencé à 8 heures du matin et avons atteint le point de vue de Chogkok à 3 950 mètres. Nous pouvons sentir notre cœur battre très vite et chaque pas est de plus en plus dur à cause du manque d'oxygène à cette altitude élevée.

Nous y sommes restés environ une heure, profitant du soleil, profitant de la vue sur le sommet de Gangapurna, le glacier et le lac. Nous sommes surpris de voir des drapeaux bouddhistes partout dans les montagnes (les petits drapeaux rouge, blanc, bleu, vert, jaune).

Nous avons également vu le col de Throrung à 5 400 mètres = objectif de nombreux randonneurs.

 

MATINEE splendide !

Après le déjeuner, on se dirige vers notre prochain camp: Kangsar à 3 750 mètres.

Nous avons découvert un canyon incroyable avec une rivière bleu fluo.

Nous sommes surpris de voir des pins au-dessus de 4 000 mètres.

Nous n’avons vu aucun touriste ici, il n’y avait que des locaux transportant de gros paniers.

Il faisait assez "chaud" probablement 10 degrés et nous avons enlevé la plupart de nos couches.

Nous sommes arrivés au village vers 15 heures et nous nous sommes rendus compte que cette partie du circuit est beaucoup plus isolée et que les lodge sont encore plus basiques.

Nous avons quand même réussi à en trouver un avec douche chaude (dans une cabane où la fenêtre ne fermait pas et il faisait 0 degré à l'extérieur ...) mais pas de toilettes occidentales;)

Deuxième douche en 5 jours et probablement la dernière, car nous sommes déjà très haut et il fait beaucoup trop froid.

J'ai une énorme cloque!

Cédric a rencontré des Népalais ce soir et ils le félicitent tous pour ses cheveux;)

À l’heure du dîner, notre commande habituelle est du citron chaud, de la soupe à l’ail et du riz frit végétarien, toujours dans le but de prévenir le mal de l’altitude. Nous avons atteint l’altitude d’acclimatation et nous n’avons pas eu de symptômes, continuons de croiser les doigts!


 




Jour 6: Camp de base de Kangsar à Tilicho - +400 mètres de dénivelé positif, 8 km - 5h30 de marche

La pire nuit du trek! Pas à cause du froid, mais à cause des animaux qui courent partout (toit, couloir, murs ...) toute la nuit (une souris, un rat, un chien, un chat? On ne sait pas ...)

Il a gelé la nuit dernière et le lodge ne peux plus nous fournir de l’eau, tout a gelé dans les canalisations.
Ce matin nous avons vu beaucoup de gens abandonner en raison de la fatigue ou du mal de l’altitude. Nous avons vu de nombreux hélicoptères évacuer des personnes également. Effrayant...

Dans le camp de base de Tilicho, il est assez difficile d’avoir une chambre privée car il n'y a que 2 lodges.

Cependant, nous avons eu de la chance car notre guide a confirmé avec les habitants du village que nous étions les premiers de la journée.

(En descendant, nous avons découvert qu’il y avait beaucoup plus de monde le surlendemain, nous avons donc eu beaucoup de chance!)

Le ciel est super bleu! Nous commençons la randonnée en montant encore et encore. +450 mètres de dénivelé assez rapidement. Nous sommes à 4000 mètres!

Chaque étape est difficile car je manque clairement d’oxygène et un léger mal de tête va et vient toutes les 30 minutes. Lacer ses chaussures devient un défi à cette altitude!

Cédric de son côté se balade toujours! Super forme !

Les couleurs d'automne sont incroyables! Nous voyons un aigle chasser et bouquetins qui prennent peur de lui.

Dans la deuxième partie de la rando du jour, les paysages ont changé. Les roches ont maintenant de nombreuses nuances de noir / orange, elles ont des formes étranges, la piste a beaucoup de roches à cause de nombreux glissements de terrain. Nous nous rapprochons de plus en plus de notre destination finale: le lac Tilicho, à 4 980 mètres d'altitude!

 

En chemin, nous avons rencontré deux chercheurs français prélevant des roches. Ils nous ont dit qu'il y a moins de 10 000 ans, un glissement de terrain massif a recouvert toute la vallée. Ensuite, avec le vent et l’eau des glaciers et la pluie, l’érosion a créé la vallée actuelle et cet épisode a expliqué toutes les formes et les couleurs de roches. Ils sont ici pour déterminer quand c'est arrivé exactement. Fascinant.

Lors de notre dernier virage avant d'arriver au camp de base, nous avons vu la piste que nous emprunterons demain matin pour atteindre le lac Tilicho.

Tout de suite j’ai compris que ca allait etre dur alors que Cédric a dit "ce n’est pas trop raide, ça ira." Un Français (un de plus!) qui revenait de là, s’est arrêté en nous entendant et nous a dit que c’était super dur ... nous avons commencé à discuter et nous nous sommes rendu compte que le mec a fait la semaine dernière le trek de l’Everest et qu’il fait cette semaine en 2 jours ce que nous faisons en 8 ... plus de 45 kilomètres par jour dans les montagnes. Et il a souffert d’une intoxication alimentaire la nuit précédente! Karim, notre champion!

Nous sommes arrivés au camp de base et nous nous sommes arrêtés à la petite boutique / maison du propriétaire. Il y avait quelque chose suspendu: de la saucisse de yak. Ca nous a conforté dans notre choix de pas manger de viande pendant 3 mois ;)

C'est tout pour aujourd'hui! 5h30 de paysages incroyables. Nous pensons avoir parcouru 90 km depuis notre départ!

Nous avons passé la nuit avec nos compagnons de randonnée allemands, israéliens, américains et canadiens, que nous suivons plus ou moins depuis le début.

Petit moral ce soir: il fait froid, nous avons peur du grand jour de demain, notre confort occidental nous manque ...




Jour 7: Camp de base de Tilicho, lac Tilicho, Shee Karka - 1 250 mètres de dénivelé positif, 20 km - 9h30 de marche

 

C'est aujourd'hui le grand jour ! Le but de notre randonnée: le lac Tilicho à 4 980 mètres!

Réveil matinal à 4h45 pour un thé au miel, citron, gingembre et du porridge.

Nous sommes prêts à partir!

Nous partons à 6 heures du matin et à partir de là, c’est de la pure torture ...! Nous gagnons +800 mètres en 3 heures, les paysages sont incroyables mais c’est difficile! Chaque petit pas est une victoire, nous sommes au-dessus de 4 500 mètres et nous respirons comme des boeufs à chaque pas. J’ai le nez qui coule mais pas l’énergie pour le nettoyer (il gèle et nous économisons notre énergie pour monter jusqu’à 5,000m ... c’est dur!)

3 heures de paysages à couper le souffle plus tard (et 22 horribles zigzags ...) Cédric «Ce lac a intérêt à être incroyable, c’est trop dur! »(Version polie c'était quelque peu plus vulgaire ;) )

Nous avions différentes stratégies: Cédric regarde en haut pour se motiver alors que je ne veux pas, ça me paraît trop éloigné.

5 minutes plus tard, nous atteignons le plus haut pour aujourd'hui et de là tout le monde nous a dit que la piste était plate et facile. Oui c'était facile mais c'était sans compter le vent qui se leva: -15 degrés, chaque pas bloqué par le vent ... nous sommes passés de détresse à euphorie à tristesse en 10 minutes. C'est dur!

Nous marchons sur la neige pendant environ 5 minutes, la couleur contrastant avec les roches sombres / orange.

20 minutes plus tard - 9h23 - nous avons vu des gens crier «on a réussi», nous avons accéléré (du moins nous avons essayé ...) et nous voici à 4 980 mètres!

Les paysages et le lac sont fous! Super beau! Tout le monde se félicite de la performance.

J'ai continué à marcher un peu plus haut pour atteindre officiellement 5 000 mètres: nous l'avons fait!

Un citron chaud dans une cabane pour nous protéger du vent et du froid (-15 degrés!) Et nous sommes prêts à prendre des photos et à s'émerveiller!

Nous avons vu un mec immense (2 mètres), âgé de 45 ans environ, qui avait très froid, saignant du nez et des gencives et dans les bras de son ami pour le réconforter. C'était vraiment super dur ...

Il est temps de redescendre (ce qui est souvent aussi difficile que de monter!). Il nous a fallu 2 heures avec de nombreuses pauses photo (il nous reste de l'énergie en fait ;) ) pour atteindre le camp de base.

Le camp de base semble plus proche qu’il ne l’est vraiment et on perd patience: trop dur de ne pas savoir combien de temps il nous faudra pour redescendre!

Un déjeuner au camp de base et nous marchons pendant trois heures de plus - pour nous rendre à notre destinations pour la nuit: Shee Karka (nous n’avons pas atteint notre destination finale de Kangsar étant trop fatigués).

Une journée incroyable! Clairement la plus dure mais ca en valait tellement la peine!

 

 


Jours 8 et 9: Shee Karka à Manang - 10,5 kilomètres - 3 heures de marche.

Puis jeep de Manang à Besi Sahar (8 heures terribles sur des pistes), Besi Sahar - Katmandou: 6 heures en bus.

 

C'est notre dernier jour de marche! Nous avons déjà vu les paysages lors de notre ascension, mais nous ne pouvons pas arrêter de regarder, c’est tellement beau. Nous avons vu nos derniers yaks, nos dernières neiges éternelle, nos derniers sommets.

Nous avons adoré notre randonnée mais il est temps pour nous de prendre une longue douche chaude (on sent pas la rose ...) et d'épargner nos jambes.

La route en jeep était un cauchemar entre la piste avec des trous, les rochers sur la piste, le ravin, les travaux de construction. Horrible. Et notre chauffeur en a rajouté une couche, brisant sa vitre de colère… tout cela sous fond de musique pop népalaise. Horrible ...

Arrivés à Besi Sahar, les locaux célébraient Diwali (le nouvel an hindou) avec des chansons, des danses, des lumières. Bonne atmosphère !

Il est temps de prendre une douche mais non ... plus d’eau chaude et débit d’eau coupé après 22h00 ... la déception quand on pense pouvoir enfin se laver et que ça ne marche pas!

Un choc de revenir à Katmandou et sa pollution. Une toux s’installe ...

 

Nous avons adoré notre trek! Nous sommes vraiment fiers de notre performance, nous avons vu des paysages à couper le souffle, nous avons rencontré un certain nombre de Népalais et ca nous a permis de comprendre un peu leur culture. Nous étions un maximum de 15 personnes sur le sentier tous les jours, on s’est totalement déconnectés (première semaine sans travail depuis un an!) et nous avons rencontré de nombreux autres randonneurs sur notre chemin, partageant les mêmes objectifs et les mêmes plaisirs!

 

 



 

Quelques recommandations:

- Nous avons adoré cette partie du circuit de l'Annapurna. Tilicho Lake est incroyable!

- prenez un guide et un porteur. Les sentiers sont bien indiqués, mais il est facile de subir le mal de l’altitude ou des problèmes médicaux et c’est lui qui s’occupera de votre évacuation, si nécessaire. De plus, vous ne devez pas négocier le prix des chambres pendant le trek et après un jour de marche c’est la dernière chose que vous voulez faire...

Un porteur est indispensable selon nous c’est déjà assez difficile sans un sac à dos de 10 kilos ...

- en termes de prix:

- la chambre double coûte environ 1000 roupies par nuit

- les plats sont entre 400 et 600 roupies

- l’eau minérale est à 50 roupies jusqu’à Manang et à 120 au camp de base de Tilicho.

- nous avons pris chacun: (100% Quechua!)

- 1 veste 3 en 1

-1 veste polaire

-1 tee-shirt technique à manches longues

-1 tee shirt

-1 paire de chaussures de randonnée

- et surtout des bâtons!!! (comme les randonneurs de 60 ans;))

- 1 bonnet

- des lunettes de soleil

- un sac de couchage à -20 degrés (nous avons vu certaines personnes sans, oubliez, il fait très froid et les couvertures fournies ne suffisent pas)

 

Leave a comment


Ruth
Nov 18, 2018 - 07:54 PM

Wow. Fantastic review of Annapurna circuit & Tilicho Lake, definitely on the bucket list. I feel like I've escaped to Nepal for a half hour, and all before the Monday morning alarm goes off for work! Stunning photos. Thank you!

------

Christelle & Cedric
Nov 26, 2018 - 04:19 PM

Thanks a lot Ruth! I'm sure you would smash it ! Nothing compare to your many Ironman and 3 peaks in Victoria !

------


Bonneau
Nov 19, 2018 - 04:12 PM

Super génial et bravo !!!!!!

------

Christelle & Cedric
Nov 26, 2018 - 04:20 PM

Merci Angie! Je vous raconterai ca en vrai en December peut-etre?

------


Laurene
Nov 26, 2018 - 07:51 AM

Ouah! Bravo pour cet exploit sportif, et ce super article (j’avais l’impression d’etre avec vous sur le chemin!) Les photos sont superbes, ça fait rêver! Vous deviez être tellement content arrivés au lac. Vous pouvez être fiers. Et j’ai hâte d’entendre Cédric imiter la chèvre!

------

Christelle & Cedric
Nov 26, 2018 - 04:21 PM

Merci :) on se fait le concours de cris de chevres en Janvier ;) J'ai verse une petite larme en arrivant au top pour tout te dire ! Et Cedric etait frigorifie!

------