Travel article: Rio de Janeiro

Travel blogger: Christelle & Cedric

Trip story: 3 months in South America!

Image for blog article: Rio de Janeiro

Rio de Janeiro, State of Rio de Janeiro, Brazil

Brazil 7 days - February 2019

AirBnB


€21/person/day


€109/person


€8/person/day


€14/person/day




La cité des anges ou la cité de Dieu pour nous
(référence au film du même nom), Rio de Janeiro fait rêver. Cette ville avec de multiples montagnes, la jungle, des plages par dizaines, une baie magnifique et la ville qui s’encastre dans tout ça a beaucoup à offrir.

Deuxième fois que l’on s’y rend et bien que ce ne soit toujours pas notre ville préférée, on s’y est sentis beaucoup mieux que la première fois !

Rio c’est beau d’en haut. Ce fut notre mantra de la semaine qu’on y a passée. On cherchait toujours les meilleurs points de vue sur la baie mythique. C’est parti pour le résumé d’une semaine de découvertes dans la ville des cariocas où il ne fait que rarement moins de 40 degrés en février . D’ailleurs un habitant nous a prévenu: à Rio il y a l’été et il y a l’enfer !

 

Après une nouvelle nuit blanche, on rejoint le quartier de Gloria où nous sommes logés dans un Airbnb incroyable.

Première découverte, le quartier de Santa Teresa, autrefois repère des esclaves émancipés puis lieu de villégiatures des industriels qui ont fait fortune et enfin aujourd’hui quartier bobo avec des petites boutiques de désigner bien sympa, du street art et de grandes maisons, ce quartier est perché en haut d’une colline et offre donc une superbe vue sur la baie depuis le Parque de la Ruinas. Ambiance très sympa, aujourd’hui desservi par l’unique et plus vieux tram de Rio!

 

Proche de Santa Teresa se trouve le centre de Rio, pas vraiment beau, plutôt mal-famé, on ne s’y est pas attardé si ce n’est pour visiter les escaliers Selaron très connus, construit par l’artiste du même nom qui a importé des mosaïques de plein de pays et villes pour redonner vie et âme à ce quartier. Plutôt beau et drôle de trouver des mosaïques de Paris, Sydney, Bretagne, NYC etc.

Nous y avons aussi visiter une Cathédrale  très moderne en forme de cône et pas franchement belle; le très intéressant musée de l’histoire du Brésil qui retrace l’histoire des populations du Brésil, la colonisation et le Brésil d’aujourd’hui (d’ailleurs une partie de Rio a été fondée par les français !); et le musée d’art moderne (on ne comprend toujours pas l’art moderne). Et pour finir la magnifique Bibliotheque de Rio avec ses milliers d'ouvrages rassemblés sur de grandes étagères en bois à la Harry Potter (ou Belle et la Bete!)

Dimanche, nous faisons comme de milliers de cariocas et allons à la plage. Il y a de quoi choisir ! On s’est contentés des plus connus Copacabana et Ipanema. Les clichés sont confirmés: les maillots de bain sont courts, très courts, la caipirinha coule à flot, le foot est omniprésent sous forme de foot plage ou foot volley, il fait très chaud, il y a un culte du corps et de la jeunesse impressionnant.

Par contre rien n’a changé, la plage n’est vraiment pas propre et suite à la vue d’une seringue dans le sable on a vite remis nos chaussures... On est moyennement impressionnés par ces plages mais on adore franchement l’ambiance. Jeunes, plus âgés, famille, couples, tout le monde se rend à la plage le week-end dès qu’un rayon de soleil pointe le nez.

 

Le soir, répétitions de carnaval ! On ne pouvait manquer ça et on se dirige vers le mythique Sambodrome pour assister aux défilés de 3 troupes de samba ! On est surpris d’y voir des milliers de cariocas qui sont aussi émerveillés que nous par l’énergie qui se dégage de la parade ! Et ce ne sont que les répétitions ! Quelque soit ton âge, ta couleur, ton quartier, tu soutiens une troupe et danse au son des percussions. Le foot et la carnaval  sont les éléments qui unissent ce Brésil si multiple dans sa population.

 

Enfin nous sommes partis à la (re)découverte des icônes de la ville. Le Corcovado sur lequel est posé la célèbre statue du Christ domine la ville et est très utile pour se repérer dans cette immense ville (quand il ne se cache pas dans les nuages). On monte à cette merveille du monde moderne en petit train et après 15 minutes nous y voilà. Il domine la baie. On n’est pas spécialement impressionnés, la vue est sympa mais franchement cette statue des années 30 n’a rien pour faire partie des merveilles du monde moderne. On repart circonspect en direction du pain de sucre, la deuxième montagne qui domine la baie. Cette fois-ci on monte en funiculaire (une randonnée permet de monter au premier niveau mais avec la chaleur on a évité). La baie se dévoile à nous et cette fois ci nous ne sommes pas déçus! On aperçoit Copacabana, Ipanema, le fameux Corcovado (dans les nuages cette fois), de multiples autres plages et les voiliers qui naviguent dans la baie. On y reste 3h pour le coucher du soleil qui sera gâché par une densité de nuages impressionnante! Mais quelle vue !

 

Enfin pour finir cette série de « Rio c’est beau d’en haut », nous avons décidé de nous attaquer à une randonnée - la randonnée des Dos Irmaos. Pour s’y rendre, nous devons rejoindre le bas de la favéla Vidigal et prendre une moto taxi ou un van pour nous emmener en haut. On débute la balade sous un soleil de plomb (ressenti 40 degrés!), la montée n’est vraiment pas longue -3 kilomètres- mais la chaleur couplée à une mauvaise orientation qui nous a fait emprunter un chemin qui relevait plus de l’escalade que de la balade, c’est totalement en sueur et rouge tomate que l’on arrive en haut. Super vue dégagée sur la plage de Leblon, le Corcovado, Ipanema et au loin le pain de sucre. Magnifique, ça valait toute la sueur versée !

On descend de notre montagne et on se pose en haut de la favéla pour siroter un Coca Cola quand on voit un adolescent qui se promène à 2 mètres de nous avec une arme automatique ... petit moment de stress, pourquoi il se promène avec l’arme, il compte l’utiliser? On ne s’attarde pas et on prend un moto taxi qui nous emmène en bas de la favéla puis on saute dans un uber qui dès qu’on on a refermé la porte nous dit que les locaux se promènent avec des armes automatiques ici; oui on les a vu... l’usage des armes de guerre semble normal dans cette ville... Notre chauffeur passe les 40 minutes du trajet à nous raconter la sombre évolution depuis 10 ans de la ville, du pays, des politiciens, pourquoi le nouveau président a été élu . Triste évolution pour un si beau pays.

Et pour conclure ce séjour à Rio, nous avons suivi 80,000 cariocas et nous nous sommes rendus au mythique stade Maracanã pour y voir un derby: Fluminense-Flamengo.

Le stade est tellement grand qu’il nous faut 20 minutes de slalom entre les supporters pour arriver à l'autre bout ! On entre et grosse claque: quelle ambiance ! 80,000 supporters qui sautent, chantent, applaudissent, s’enflamment dès qu’un ballon approche du but (ou quand l’arbitre stoppe une action mais ça les supporters n’apprécient pas) c’est vraiment incroyable ! On est surpris de voir qu’une nouvelle fois les supporters sont de tout âge, les plus de 70 ans s’enflamment de la même manière que les adolescents ou les trentenaires, tout le monde connaît les chants, on vient en stade en famille, les percussions emplissent le stade et ne parviennent cependant pas à couvrir les chants. Vraiment fou!

Notre équipe (Fluminense) gagne à 30 secondes du sifflet final, je vous laisse imaginer l’ardeur des chants à ce moment là ! On se prend vite au jeu.

A la sortie du stade c’est une autre atmosphère, les supporters s’enflamment toujours mais cette fois-ci de manière violente, cela dégénère très très rapidement, les flics (sur-armés) chargent, une balle de plomb passe à 3 mètres de nous quand on essaie de s’éloigner et commander un Uber. On déguerpit rapidement.

Voilà pour Rio! Ce n’est toujours pas notre ville préférée mais on y est content d’y être passés à nouveau. Durant la semaine passée ici nous avons confirmé tous les clichés: la culture du foot, les maillots de bain mini mini, la bonne humeur, la samba et le carnaval , la bienveillance, la joie de vivre et la gentillesse des brésiliens mais aussi l’insécurité malheureusement ...

Place à notre dernière étape brésilienne: Ilha Grande !



Quelques recommandations:

# Gloria est vraiment un quartier idéal pour se loger. Bien desservi par le métro, central, quartier sur, on recommande.

# le métro est vraiment bien et pas cher (4 réal le ticket) on recommande. Uber est très utilisé dans la ville aussi et devient souvent moins cher pour 2 personnes que le bus ou métro!

# musée de l'histoire du Brésil: 10 réal par personne.

# musée des arts modernes: 14 réal par personne.

# pour rejoindre le Corcovado en train: ticket à 65 réal. Il est possible de s’y rendre à pieds mais la rando n’est pas toujours bien fréquentée et les attaques sont fréquentes.

# Pain de sucre: il est possible de rejoindre la première plateforme pour limiter les coûts. Avec la chaleur nous avons sauté notre tour et pris les 2 téléphériques: 100 réal le ticket sur internet (110 sur place)

# la vue depuis Dos Irmaos est vraiment très sympa. Ne pas s’attarder cependant après ou avant de marcher, la randonnée commençant en haut d’une favéla ...

#Maracana: il est possible d’acheter les tickets au stade le jour même ou aux sièges des clubs. 60 réal par personne pour être dans les virages !

 

 

     

Leave a comment


Bonneau
Mar 1, 2019 - 06:29 AM

Toutes ces couleurs sont belles !

------