Travel article: Tulear a Morondava !

Travel blogger: Christelle & Cedric

Trip story: 100 days in Africa!

Image for blog article: Tulear a Morondava !

Morondava, Madagascar

Madagascar 10 days - July 2019

Hotel


€9/person/day


€194/person


€9/person/day


€8/person/day


 

 

Changement de décor et de rythme, nous partons pour la route des Baobabs ! 

Notre mission: 1000 kms de pistes en 8 jours, c'est parti !

 

Jour 1: Tulear à Tsiandamba :3 heures de piste. 

 

Malheureusement les taxi-brousse circulent très peu (voire pas du tout) sur la côte ouest, aussi c'est avec Heri (la force en Malagasy), son humour, sa bonne humeur et son Land Cruiser que nous partons à l'aventure. Très vite la route asphaltée construite par les chinois laisse place à la piste faite de sable et de roches. Les secousses ne nous laissent aucun répit et c'est nauséeux que nous arrivons trois heures plus tard au petit village de Tsiandamba et plus particulièrement chez le sympathique Alberto à "Un peu plus au Nord". 

 

La mer turquoise, le sable blanc, les délicieuses brochettes de poisson et les quelques bungalows nous comblent. Il n'y a pas d'eau douce ici et c'est depuis Tuléar qu'Alberto se fournit. 

 

Au programme, de longues promenades sur la plage et au village dans lequel il y a des centaines d'enfants joueurs. Nous sommes les seuls Vazaha dans ce petit paradis. 

 

Une nuit bercée par les vagues dans de magnifiques bungalows fait de bois et ce sera douche au seau et toilettes sèches sous les étoiles avec vue sur la mer bien entendu. On est bien ! 

 

 

Jour 2: Tsiandamba à Salary. 

Une matinée au paradis suivie de 30 minutes de pistes de sable pour rejoindre un village un poil plus gros, Salary. Les cabanes de fortune sont certes dressées sur le sable blanc et avec vue sur la mer turquoise mais nous assistons à nouveau à des scènes de pauvreté extrême... Pas facile la vie à Madagascar... 

Aujourd'hui est une journée importante pour Madagascar, l'équipe de foot joue les huitièmes de finale de la CAN! La seule télé du village est réquisitionnée mais tout d'abord il faut démonter, réparer et alimenter le groupe électrogène pour la mettre en route. 

19h le coup de sifflet retentit et nous rejoignons une vingtaine de Malagasy pour 2 heures de match et une séance penalty. Le suspens et l'ambiance sont là, 4-2 aux penaltys, Madagascar continue en quart de finale ! Allez les Bareas ! 

 

 

 

Jour 3: matinée snorkelling et pirogue à Salary puis 3 heures de piste pour rejoindre la baie des assassins. 

 

Nouveau réveil très/trop matinal pour embarquer sur une pirogue à voiles qui nous emmènera sur la barrière de corail. Peu de poissons, peu de visibilité, des coraux abîmés, ce ne sera pas la sortie en bateau du siècle mais nous apprécions de nous baigner en pleine mer et naviguer. 

Ici aussi la vie marine est abîmée, il n'y a plus de requins, les chalutiers présents au large ont détruit l'écosystème... À ce propos nous rencontrerons Alex et Tim, deux passionnés et chercheurs en concombres de mer qui gèrent une ferme communautaire à Madagascar et bientôt en Tanzanie. Passionnant ! 

Cette rencontre a lieu chez Pierrot le Suisse, un suisse immigré dans la baie des assassins ! Au XIX ème siècle un navire anglais s'échoua et les marins furent massacrés dans la baie. De notre côté, pas de soucis, nous avons été très bien accueillis et nous sommes toujours en vie. La maison surplombe la baie, au sommet d'une colline, ce qui lui permet d'être entourée d'eau à quasiment 340 degrés à la ronde, impossible donc de rater un coucher de soleil. Que c'est beau. 

 

 

 

  .  .  

 

Jour 4. Matinée Balade puis 3h30 de pistes pour rejoindre Morombe. 

 

Nous ne pouvons nous lasser de la vue depuis chez Pierrot mais nous lui faisons quelques infidélités en longeant la plage vers le sud. Deux heures plus tard nous arrivons au village le plus proche (maximum 50 habitants, des cabanes bien fragiles... ) et sommes subjugués par le sable blanc, la dune, l'eau turquoise. Les enfants présents sont curieux et heureux de nous voir ici. Quel panorama ! 

On croise à ce moment Pierrot le suisse et c'est cheveux au vent debout à l'arrière de son quad que l'on rentre au logis, sur les pistes de sable, se baissant tels des personnages de jeu vidéo dès que l'on passe sous un arbre! Attention aux branches ! Super feeling. 

 

Il est déjà l'heure de quitter ce paradis et nous rentrons dans les terres pour rejoindre Morombe par les pistes. Des centaines de baobabs se découvrent à nous, certains à plus de 70 m de haut, d'autres très larges. 

On les adore toujours autant. La piste moins et nous sommes en permanence secoués, c'est l'aventure. 

 

 

 

 

Jour 5: route de Morombe à Manja. 8 heures. 

Une journée de route dans les terres. Ici les villageois dictent la loi et chaque voiture qui passe (très peu) doit s'acquitter d'un droit de passage. Rien d'officiel, il s'agit plus d'un racket organisé... Dures négociations, Heri- la force- ne lâche jamais l'affaire et négocie avec plus ou moins de succès 18  "péages" sur 100 kms... 

Nous ne comprenons pas grand chose mais nous retiendrons une chose, les "haaaaaaa" qui viennent de la gorge et sont signes de mécontentement. Nous en abusons quelque peu ;) 

La rivière est à flot et nous ne pouvons la traverser malgré le Land Cruiser aussi nous devons prendre le bac. 

Pas d'essence pour le moteur ou moteur en panne on ne comprend pas trop, une trentaine d'hommes tireront le bac avec la voiture. Scène surréaliste qui témoigne du retard accumulé du pays...

 

 

  

 

Jour 6. 4h de pistes, aprem détente et travail à Belo sur mer. 

Nouveau réveil matinal pour rejoindre Belo sur Mer. 

De nouveaux "péages" , quelques rivières à traverser, un "village" de quelques âmes tous les 30 kms, nous avons le sentiment d'être loin de tout, totalement déconnectés.

 

Puis les baobabs laissent place à des étendues infinies de sable et de sel, Belo sur Mer, village de 800 habitants, coupé du monde 5 mois par an durant la saison des pluies. Petit village réputé pour la construction de boutres marines venant de France. Les cabanes sont construites autour des baobabs, orginal d'avoir un baobab au milieu de son salon ;)

Ce soir ne déroge pas à la règle et le coucher de soleil sera incroyable. 

 

Puis vint l'heure des quarts de finale ! Un projecteur est installé dans le village, Madagascar est vite dominée et la batterie du projecteur lâchera, pas de troisième but pour les spectateurs... 

   . 

 

Jour 7. Journée à Kirindy Mitea. 

 

Deux heures en pirogue en pleine mer, de grosses vagues qui manquent plusieurs fois de nous renverser et nous arrivons au Parc national de Kirindy Mitea. Les dunes nous entourent ainsi que les baobabs. Nous marchons quelques kilomètres à la rencontre des flamants rose (pas très rose) et des plantes endémiques. 

Puis à bord de notre pirogue, nous rejoignons la mangrove et les milliers de chauve souris ! Quel spectacle. 

Puis au menu, énorme mérou que l'on aura du mal à finir. Un délice. 

Une journée idéale dans ce petit paradis ! 

 

 

 

 

Jour 8. Parc de Kirindy Mitea, côte terres. Dernières pistes (4 heures) pour rejoindre Morondava. Puis coucher de soleil à la fameuse Allée des Baobabs. 

 

Un nouveau réveil matinal, nous sommes surpris de voir le village déjà en pleine action. 

De notre côté nous rejoignons à nouveau le Parc Kirindy Mitea mais côté terres cette fois. Objectif :observer les lémuriens et les baobabs et les lémuriens sur les baobabs !

Nous en verrons trois mais furtivement, nos chers lémuriens se déplacent vite et sautent de branches en branches. Notre guide fera le show en parlant naïvement de sa femme puis de sa demie-femme (maitresse), ca aura eu le mérite de bien nous faire rire!

Puis notre séjour à Madagascar touche à sa fin. Les pistes secouent toujours autant et au détour d'un virage une route asphaltée s'ouvre à nous, nous n'avons jamais été aussi contents de voir la route la vraie ! (bon avec de nombreux trous tout de même nous sommes toujours à Madagascar ! ). 

Au coucher de soleil nous nous rendons à la fameuse allée des Baobabs. Une cinquantaine de baobabs se dressent, 70 mètres de haut. Nous assistons à de belles scènes de vie avec les taxi-brousse hors d'âge, les cyclo-pousse, les enfants partout et... Les touristes! Nous avions durant ce mois croisés maximum une vingtaine de touristes et là des bus entiers, des 4*4. 

Cela ne gâche rien au moment, le soleil passe derrière les baobabs, puis disparaît en laissant dans son sillon du orange, jaune. C'est magnifique. 

 

 

 

Jour 9/10: retour sur la Capitale, Antanarivo avec un stop à Antsirabe que nous connaissons déjà. 

 

Nous quittons la côte ouest pour rejoindre Antanarivo. De nouveaux il y a beaucoup de dénivelés, des rizières et la terre rouge typique de Madagascar. Nous longeons la rivière Tsiribinihena que de nombreux voyageurs décident de descendre en pirogue. Dans la rivière nous verrons de nombreux chercheurs d'or qui tapent la roche, l'écrasent puis la tamisent. Dur travail en plein soleil, de nombreux enfants au travail toujours…

Et à nouveau nous partageons la route avec les zébus et ânes!

 

 

 

  

Clap de fin sur ce mois à Madagascar ! 



Quelques recommandations :

# transports: nous recommandons chaudement Heri, grande connaissance du pays, très bonne conduite et bonne humeur. 

Prix 150,000ariary par jour pour la voiture et le chauffeur/guide. Carburant à ajouter.

 

#logements :

- Un peu plus au Nord :  magnifiques bungalows et une cuisinière hors-pair. 100,000 ariary la nuit, 20,000 le plat principal. Incroyable petit paradis ! 

 

- Sirène del mar à Salary: on ne recommande pas du tout. Les bungalows ne sont pas bien entretenus, la cuisine n'est pas goûteuse voire pas bonne du tout, le propriétaire Francesco alcoolique et maltraite ses équipes. Passez plus de temps chez Alberto à "Un peu plus au nord" et sautez Salary. 

Bungalow à 100,000 ariary et menu principal à 20,000 ariary. 

Sortie pirogue à 50,000 ariary par personne. 

 

- chez Pierrot: cuisine et accueil incroyable. Grand bungalow de 8 personnes. 120,000 ariary. Repas tout compris (et tellement bon) à 30,000 ariary.

- Morombe: nuit chez Katia. Chambre parfaite pour 80,000 la nuit. 

- Manja: il n'y a qu'un hôtel, Chez Kanto. On avait eu des échos horribles, finalement c'est pas fou mais ca aurait pu être bien pire. 51,000 la nuit. 5,000 le plat principal. 

- Belo sur mer : magnifique bungalow au Dauphin Vezo. 108,000 ariary. Les repas sont excellents également, environ 20,000 le plat principal. 

- sortie bateau pour rejoindre Kirindy Mitea :350,000 ariary pour 4. Entrée du parc:45,000. Guide 30,000par jour. 

- Morondava: nuit à La Capaninna. Superbe chambre pour 80,000 ariary et très bonnes pizzas. 

# péages: le chauffeur/guide négocie à chaque fois avec le ou les villageois qui gèrent la barrière de "péages". Entre 500 et 15,000ariary par péage. Ces pratiques sont contestées par tous les chauffeurs et guides qui les dénoncent au gouvernement qui on espère réagira.

Leave a comment